The Peacock Society 2016 Une édition bouillante !

285

On vous annonçait une édition 2016 de gala en marge du festival et ça s’est confirmé ! Cette 5ème édition de la Peacock Society a tenu toutes ses promesses.

Depuis 2013, The Peacock Society se fait une place au soleil dans le paysage des festivals français. Cette année encore, la Peacock a investi le Parc Floral de Vincennes. Au programme : un line-up des plus éclectiques de la scène électronique réparti sur trois jours. Artistes de renommée internationale et jeunes pépites de la scène parisienne se sont retrouvés autour d’une grande fête mettant à l’honneur la techno et la house. Cette année, les organisateurs ont confirmé la montée en puissance de l’évènement et vu les choses en grand avec un line-up pointu digne des plus grands festivals internationaux : Laurent GarnierKerri ChandlerSven VäthRareshCyrillic alias KiNKMaceo Plex ou encore Tale Of Us.

Pendant trois jours, ce sont 36 000 personnes qui sont venues danser, s’embrasser, se trémousser, s’amuser et taper du pied. En résumé, 55 artistes, trois scènes et trois nuits de fête folles.

Des performances de haute volée, des DJ set survoltés, une ambiance folle, des danseurs passionnés et des animations réussies comme la mini silent party. On a senti beaucoup de plaisir, de curiosité, d’attention et de partage durant ces trois nuits enflammées.


Vendredi

Pour débuter le week-end, qui de mieux que Laurent Garnier, qui a su lancer magistralement la Warehouse. Au cours d’un voyage musical qui aura duré plus de 4 heures, le vétéran a confirmé son habilité à communier avec son public en proposant un set typique mais toujours aussi impressionnant.

Autre légende présente au Parc Floral cette année, Sven Väth, une référence mondiale de la techno. Habitué de l’Amnesia à Ibiza où il sévit avec les soirées de son label Cocoon, le DJ de 51 ans enflamme depuis 36 ans les dancefloors à travers le monde. Une prestation « svenvathesque » et un final planant ont su conquérir le coeur des fans parisiens.

Pour clôturer cette journée où la bonne humeur régnait, ce fut au tour de l’américain Eric Estornel aka Maceo Plex et ses sons électro teintés de funk. Depuis ses débuts dans les années 90, il peut se targuer d’avoir mixé sur les scènes les plus prestigieuses comme la Fabric (Londres) et le Rex. Peu à peu, l’artiste aux multiples identités s’est détaché de la frénésie techno, pour adopter un style groovy.

Entre temps Floorplan, plus connu sous le nom de Robert Hood, a représenté la scène originaire de Détroit avec un set house dont il a le secret. Il aura su proposer une alternative à une soirée placée sous le signe de la techno. Petit coup de coeur également pour la scène Resident Advisor, beaucoup plus confinée et à l’écart de la foule et qui a proposé une alternative à la furie des scènes principales.

Ce vendredi a confirmé toutes ses promesses : line-up attractif et prestations de haut-vol et ambiance et chaleureuse ont été au rendez-vous. Seul petit bémol, un accès au point d’eau rapidement saturé.


Samedi

Pour commencer cette journée, nous avons débuté avec un B2B fort alléchant entre l’allemande Margaret Dygas et le français Bambounou. Visiblement très complice, ce tandem nous a transporté dans une ambiance survoltée. Tous les deux d’origine polonaise, ils partagent une vision musicale très proche tant leurs enchaînements paraissent simples.

Ce fut ensuite au tour de Brodinski de nous enchanter avec un set électrique teinté de touches hip-hop dans une squarehouse bondée et où la bonne humeur régnait. Ce Rémois magnétise avec ardeur les clubs aux quatre coins du globe. Ses DJ sets, aussi incisifs qu’indéfinissables semblent être le reflet de son look, insaisissables.

Pour clôturer cette édition merveilleuse en beauté, nous nous sommes ensuite rendus dans la warehouse de 4h à 7h pour profiter successivement de Recondite et Tale Of Us dont les prestations ont largement répondu aux attentes des festivaliers.

MERCI ET À L’ANNÉE PROCHAINE !

LEAVE A REPLY